Crédits - Remerciements
webmaster@samesizefeet.net



Retour

STEREOPHONICS - Internet - mars 2005

Kelly Jones, Javier Weyler et Richard Jones parlent de l'album Language. Sex. Violence. Other? dans une interview accordée à un site Internet. L'interview a été traduite en français exclusivement pour SAMESIZEFEET.net.

Superman
Kelly Jones : j'avais le refrain de Superman depuis longtemps et je la jouais toujours pendant les balances. Ensuite j’ai écrit les paroles pendant une tournée aux USA. La chanson parle de personnes qui pensent être plus importantes qu’elles ne le sont réellement : elles ont beau marcher comme il faut mais elles ne parlent pas comme il faut. Voilà c’est assez vague mais j’aime quand les gens interprètent les paroles à leur façon. Ouais, je l’aime bien, c’est la première chanson que j’ai essayée de chanter en entier et c’est une sorte de croisement entre une chanson de Prince, de Ram Jam et d’AC/DC !

Doorman
Kelly Jones ; Doorman. On était en concert à Seattle et nous jouions dans un club en haut de la rue et Super Furry Animal jouait dans un club en bas de celle-ci. Nous descendions de scène à 9h00 et eux montaient à 10h00, donc j’ai descendu la rue pour aller les voir mais le vigil qui surveillait l’entrée ne voulait pas me laisser entrer et il a commencé à avoir cette attitude : il essayait de me pousser et tout et j’ai commencé à rire parce qu’il me faisait penser à un gros singe. J’ai donc écrit cette chanson très sarcastique et sèche sur lui qui essayait de me jeter à la rue.

Brother
Kelly Jones : Brother était une chanson qui a longtemps été une démo. Je la jouais souvent pendant qu’on roulait en voiture parce que le riff était cool. La chanson parle d’un gars qui est venu me voir un jour dans la rue en m’accusant d’ignorer ma petite amie parce que j’étais en train de parler au téléphone avec des lunettes de soleil. Ce qu'il ne savait pas c'est que j’étais en train de parler avec une personne à propos d'un sujet important et ma petite amie n’avait absolument aucun problème avec cela. Mais ce gars avait envie d’entrer dans ma vie pour une quelconque raison. C’était vraiment très bizarre. J'ai écrit cette chanson sur cela, sur lui, en me demandant pourquoi il avait fait ça.

Devil
Kelly Jones : Devil est une chanson que j’ai écrite aux Maldives en janvier dernier. Je me suis beaucoup inspiré des films qui se passent dans les tribunaux comme Do you feel lucky? ou L’inspecteur Harry avec Clint Eastwood. J’ai ensuite mis ensemble plusieurs de ces films et les ai combiné à des interviews de Charles Bukowski. Le morceau raconte une histoire - un peu comme un film - d’un gars qui va dans un bar et qui parle à une femme qui n’en a rien à faire de lui un peu comme dans une histoire de Charles Bukowski. C’est un peu comme un film, comme une chanson de rock aussi.

Rewind
Kelly Jones : Rewind est une chanson qui a comme base sa rythmique : elle est surtout basée autour de la rythmique de la batterie. Le titre vient d’un poster des Rolling Stones en fait qui était accroché sur un de mes murs. C’est un vieux poster d’un best of des Rolling Stones, l’album s’appelait justement Rewind parce que c’était un "best of" qui revenait sur le passé et le mot "Rewind" était assez intéressant car il parle de la façon dont les gens n’arrivent pas à avancer dans leur vie parce qu’ils sont rongés par les regrets et toute sorte de choses. La chanson aborde le thème de "vous ne pouvez rien changer de votre passé alors essayez d’avancer" ! C’est une chanson qui fait rêver aussi.

Pedalpusher
Kelly Jones : Pedalpusher. L’album était terminé, on était environ à la mi-décembre et j’avais une mauvaise grippe. Je m’ennuyais chez moi depuis une semaine et l’idée de la chanson m’est venue parce que je jouais de la guitare tout le temps quand je m’ennuyais. J’ai appelé les garçons et je leur ai dit que j’avais une nouvelle chanson mais l’album allait partir à l’impression. Alors on a demandé si on pouvait l’enregistrer et on l'a fait en une journée. C’est une bonne chanson avec un bon riff de guitare électrique mais les paroles ne veulent pas dire grand chose. C’est juste l’histoire d’une fille qui a tout : une belle coupe de cheveux, plein de trucs à la mode... Mais comme dit le refrain, elle a l’air d’avoir tout mais en fait elle ne possède rien. C’est juste une chanson sexy.

Girl
Kelly Jones : Girl. Le titre était là avant les paroles. Le refrain surtout : "girl you got me going". C’est un mélange entre une chanson punk et une chanson des Kings. Ca parle du fait qu’on cherche une fille en soirée, un truc de ce genre. C’est juste une chanson punk rock, rien de spécial à dire, juste qu’on s’éclate. Et en plus elle ne dure pas longtemps (1 minute 59), c’est comme un interlude de la prochaine chanson.

Lolita
Kelly Jones : le titre de cette chanson vient du film de Stanley Kubrick, seulement le titre. Ensuite j’ai écrit une chanson qui parlait de quelqu'un qui cherchait une personne nommée Lolita. Il y avait un refrain fort. J’écrivais la musique d’une autre chanson que je traînais depuis longtemps, je la jouais pendant les balances donc il fallait l’enregistrer. Elle a un bon refrain, donc c’est assez cool.

Deadhead
Kelly Jones : Deadhead était au depart une chanson appelée Royal Flush que j’avais écrit quand j’avais 19 ans je crois.
Richard Jones : il y a 2 ans !
Kelly Jones : ouais il y a 2 ans. Cette chanson n’allait sur aucun autre album mais à présent elle convient. Elle sonne un peu comme une vieux riff de Blondie dans beaucoup d’aspects. Je l’avais dans la tête. Elle est assez punk mais aussi assez mécanique et un peu électronique dans la rythmique de la batterie. Ouais c’est une chanson cool, je l’aime bien.

Feel
Kelly Jones : Feel est sûrement la chanson qui a le plus de paroles dans l’album, elle est assez planante. Elle commence un peu comme un poème, j’ai essayé de décrire un sentiment, une émotion, sans utiliser les véritables mots de cette émotion. Elle est assez sombre mais aussi assez émouvante. C’est une bonne façon de terminer l’album parce qu’elle est assez calme.


Retour



© www.SAMESIZEFEET.net - le site français des STEREOPHONICS
webmaster@samesizefeet.net