Crédits - Remerciements
webmaster@samesizefeet.net



Retour

FEEDER - Le Zénith, Paris (France) - 30 mars 2003

Dimanche 30 avril 2003, 15h30...

Il fait un temps magnifique à Paris ; du soleil et encore du soleil du côté de la porte de Pantin. Ce soir a lieu le concert tant attendu de Coldplay au Zénith de Paris. Je vois certains fans qui sont déjà devant les grilles pour être aux premières loges tandis que je me dirige vers la porte d’entrée des artistes pour rencontrer un gallois du nom de Grant Nicholas... le chanteur du groupe Feeder qui va faire la première partie de Coldplay ce soir.

Certains connaissent Feeder et ont bien de la chance : outre-Manche, ce groupe gallois composé de Grant Nicholas (chant et guitare), Taka Hirose (basse) cartonne et n’arrête pas de faire concerts sur concerts. Sur scène, ils sont accompagnés de Dean Tidey (2ème guitariste) et Mark Richardson (ex-batteur de Skunk Anansie).

Je m’approche de Grant Nicholas, il a l’air de me reconnaître puisqu’il m’a déjà vu il y a quelques mois... "Hello" me dit-il. On se serre la patte et je lui explique que j’ai préparé l’interview que j’allais faire de lui avec l’aide précieuse de 2 fans de Feeder : Clélia S. et de Chris B.

Grant va plutôt bien, il a bonne mine et me dit qu’il est très content de tourner en France en première partie de Coldplay, mais malheureusement est déçu de l’annulation du concert deux jours auparavant à Strasbourg. Il s’excuse. En fait, Chris Martin, le chanteur de Coldplay, a eu une extinction de voix et Feeder espère bien revenir à l’avenir pour rencontrer les fans qui n’ont pu assister au concert.

Sur le périlleux sujet de la guerre en Irak, Grant explique que même si chacun se dispute pour trouver les raisons de la légitimité d’une guerre, la seule chose qu’on doit garder en tête est qu’il n’y a rien de bien dans une guerre puisque ça tue des gens. Voilà pourquoi il est catégorique sur le sujet : il est tout à fait contre cette guerre en Irak. Tout comme Chris Martin qui nous demandera plus tard dans la soirée de chanter en choeur avec lui la fin du morceau Everything’s Not Lost malgré les oppositions entre Paris et Londres

L’album Comfort In Sound de Feeder est sorti il y a quelques mois... On ne peut pas dire qu’il cartonne en France, mais je peux vous assurer que c’est le contraire en Grande-Bretagne ! Quand j’ai entendu pour la première fois cet album, j’ai réellement pensé que beaucoup d’émotion se dégageait des chansons. Pour Grant, sa chanson préférée, émotionnellement parlant, est Child In You. Elle possède tous les ingrédients d’une chanson très forte : un tempo plutôt lent, des guitares qui pleurent et elle fait suite à un évènement qui a secoué Feeder en 2002 : la mort de Jon Lee, ex-batteur du groupe.

Mais en fait, l’album entier reflète les 12 derniers mois de Feeder : la plupart des chansons ont un sens profond et sont souvent attachées au suicide de leur ami Jon. D’autres chansons comme Godzilla sont très puissantes et heavy et reflètent aussi ce côté de Feeder que l’on connaissait des précédents albums. Grant est très bavard. Surtout quand il s’agit de parler du futur de Feeder. L’album Comfort In Sound est considéré comme le meilleur album de Feeder depuis le début, et pour Grant, il ne représente que l’évolution naturelle du groupe, un pont entre aujourd'hui et demain. C’est aussi le fruit d’un long travail en studio qui a suivi la mort de Jon. Cet évènement a été très dur à vivre et aller en studio était comme une thérapie pour le groupe. Grant et Taka s’y sont retrouvés et ont travaillé. Cela se ressent énormément à l’écoute des chansons de l'album.

De la même façon, après la sortie de l’album, il a été très dur pour Feeder de supporter cette étiquette de "groupe qui a perdu son batteur". Grant me dit qu’aujourd’hui, la musique que Feeder fait ne représente que leur état d’esprit du moment et les influences de lui-même et de Taka. Un pas en avant a été fait et il faut continuer ainsi, mais Jon a été là et sera toujours là. Le fait qu’on les considère comme "le groupe qui a perdu son batteur" est naturel et s’il doit en parler, il en parlera. Mais ce n’est pas un fait qui a son importance dans la musique de Feeder en elle-même.

L’atmosphère devient plus détendue par la suite quand je lui parle de Dean Tidey et de Mark Richardson. Dean Tidey est en fait le 2ème guitariste de Feeder sur scène : il n’intègrera pas Feeder en tant que membre du groupe, mais tant que tout ira bien entre lui et Feeder, il restera toujours musicien du groupe. "Si tout se passe bien, y’a pas de problème" ajoute Grant Nicholas. Il en est de même pour Mark Richardson. Il a participé aux séances d’enregistrement du dernier album mais n’est pas le 3ème membre du groupe Feeder. Cette configuration est plutôt particulière : Feeder, c’est donc 2 musiciens (Grant et Taka) et 2 autres sur scène (Dean et Mark) qui s’entendent bien ensemble.

Question piège : la face B du single Turn s’appelle Come Back Around. Or le 1er single du dernier album s’appelle aussi Come Back Around. Grant me dit que ce sont deux chansons différentes et rigole. Si je lui fais la remarque ce n’est pas pour qu’il me dise que ce sont deux chansons différentes. Voyons Grant ! Il continue de rigoler et me dit que s’il avait dû donner un autre nom au dernier Come Back Around il l’aurait appelée Boomerang. Il s’amuse à mimer le lanceur australien de boomerangs ! Petits rires entre amis...

Sa guitare préférée, c’est une Fender JazzMaster qu’il s’est faite customisée avec le manche d’une flying V. Que demande le peuple ?

Une chose qui le tient a coeur : pouvoir profiter de sa notoriété pour participer à des oeuvres caritatives. Feeder a participé à la compilation Warchild - 1 Love pour les enfants victimes de la guerre et ont repris magnifiquement une chanson de Frankie Goes To Hollywood que tout le monde connaît : The Power Of Love. Comme Child In You, il ressent beaucoup d’émotions en écoutant cette chanson et c’est pour cela qu’il l’a reprise. De même, lorsqu’on ouvre le CD Comfort In Sound, on voit que l’on peut planter des arbres dans la Feeder Forest du côté d’Edimbourg. Coldplay aussi participe à cette opération. Feeder profite encore une fois de sa notoriété, dans le bon sens du terme, pour donner l’occasion aux gens de repeupler la Terre de ses arbres...

"Music is an international language". Parlons de la musique galloise et des Stereophonics. Encore une question piège, décidément ! Alors Grant, tu les as les 3 premiers albums des Stereophonics ? "Yes, the first one is my favorite". Il préfère donc Word Gets Around car il se sent plus proche de la musique de celui-ci. Les deux autres sont bons, mais ils sont beaucoup moins power-pop que le 1er album. Feeder ne revendique pas ses racines galloises : lorsque j’explique à Grant que les Stereophonics sont fiers de leurs origines galloises et le disent à tout le monde, il m’explique que c’est de la faute de la presse. Tout le monde sait comment est la presse de l’autre côté de la Manche. Et bien, les magazines veulent toujours attacher les groupes à leurs origines pour définir leur style de musique. Par exemple, venir de Liverpool, c’est avoir le son des Beatles ! Cela s’est avéré vrai pour les Stereophonics qui ont été comparé à tous les groupes gallois, les Manic Street Preachers en tête. De toute façon, peu importent les origines d’un groupe, "Music is an international language". Ai-je vraiment besoin de vous traduire cette si jolie phrase ?

La grande langue de Grant fait que je ne vois pas passer les 15-20 minutes qui m’ont été accordées. Le journaliste de Guitar Part qui a assisté à l’interview est resté 24 heures avec lui ! Je me console en me disant que peut être, je serais mentionné dans son magazine... Ce qui s'est avéré vrai dans le Guitar Part n°111. Je ne peux pas laisser Grant sans lui poser encore 2 questions.

La première concerne Coldplay et ce qu’il en pense, bien que le style de musique de Coldplay n’est pas vraiment identique à celui de Feeder, qui est beaucoup plus power et avec des rythmes plus rapides. Grant pense que Coldplay est un groupe qui a vite cartonné, même très vite. Il est content de pouvoir les côtoyer pendant leur tournée, car les membres de Coldplay sont devenus au fil des mois de vrais professionnels qui adorent la scène et sont là pour donner du plaisir aux gens. Cela s’est d’ailleurs vérifié le soir même où Coldplay a été magistral. Magnifique. Et pour une fois, la première partie était vraiment excellente... mes voisins de concert m’ont même demandé qui était Feeder et ont décidé de se procurer l’album.

Avant de me dire au revoir, Grant m’a demandé quelle était ma chanson préférée pour qu’il la joue le soir même au concert. J’ai répondu Buck Rogers et étais très content quand j’ai entendu la 4ème chanson du set au milieu de Turn, Come Back Around, Just The Way I’m Feeling, Child In You, Forget About Tomorrow ou encore Comfort In Sound... 9 chansons au total pour chauffer le public de Coldplay. Enorme.

"Yes ! I saw it, it was TERRIBLE !!! TERRIBLE !!!... ". Au fait, je ne vous ai pas dit quelle était la dernière question que je lui ai posée : as-tu entendu parler du match de rugby d’hier entre la France et le Pays de Galles ? La France a gagné 33 à 5. "Yes ! I saw it, it was terrible ! Terrible !...". Pour essayer de ne pas avoir l’air trop ridicule, il commence à monologuer sur la reconstruction du XV de Galles et qu’après la coupe du monde d’octobre 2003, le Pays de Galles va faire du bon rugby... Ce n’est pas grave Grant, le plus important, c’est que le Pays de Galles continue de faire de la bonne musique !


Retour



© www.SAMESIZEFEET.net - le site français des STEREOPHONICS
webmaster@samesizefeet.net