Crédits - Remerciements
webmaster@samesizefeet.net



Retour

Krakatoa, Bordeaux (France) - 10 octobre 2003

Une date. 1000 personnes. Un groupe. Un concert qui restera gravé dans ma petite tête... Premier concert des Stereophonics que je vois avec ma meilleure amie et ça promet : le temps nous a paru très long jusqu'au 10 octobre. Après la première partie du groupe AS Dragon, le staff met en place le matos des Stereophonics. Encore quelques minutes et ils seront sur scène. C'est long, ils se font attendre les petits gars ! Enfin les voilà : Kelly, Richard, Scott, Tony, les choristes (Anna et Aileen) et le nouveau batteur Steve. On est situé à deux mètres de la scène, c'est génial ! Un petit "Hello", un sourire de Kelly et ça démarre avec le tonitruant High As The Ceiling. Ca bouge dans la salle. Ambiance du tonnerre. Les chansons s'enchaînent : celles du dernier album avec un formidable Climbing The Wall a donner la chair de poule car joué tout en douceur en acoustique. Et puis les incontournables Have A Nice Day, Mr Writer, A Thousand Trees, Plastic California, le magistral Traffic, Step On My Old Size Nines, The Bartender And The Thief... Entre certaines chansons, Kelly dit quelques mots. Le groupe a l'air d'apprécier le concert et d'être là. J'ai mal aux pieds à force d'avoir bougé dans tous les sens, je n’ai plus de voix, je suis vidé, mais quel bonheur ! Ca valait le coup d'attendre. Jamais vu un concert aussi génial ! Plein de souvenirs dans la tête et les dédicaces de Kelly et Richard sur l'album. Continuez comme ça les gars car on a besoin de votre musique ! Vivement qu'ils reviennent en France ! Stereophonics rules !
Jean Paul

Le concert des Stereophonics a démarré sur les chapeaux de roue ! High As The Ceiling puis Madame Helga. J'étais au deuxième rang, les gens bougeaient dans tous les sens, il y avait une super ambiance ! J'ai eu des frissons lors de la chanson Handbags and Gladrags, Kelly avait une telle voix ! Que d'emotions... Et à la fin du concert, j'ai pu attraper un des mediators de Kelly que les gars du staff ont jeté dans la foule. Bref, un seul mot pour décrire ce concert : INOUBLIABLE !
Jean

Vendredi 10 Octobre 2003. 7H40 : Toulouse. Pas besoin de réveil ce matin. J'ouvre les yeux, on est le 10 octobre ! Boule dans le ventre... autant pour le devoir de physique qui m'attend ce matin que pour le concert tant attendu de ce soir à Bordeaux. Efficacité maximale : je sais exactement comment m'habiller. Le petit déjeuner a du mal à passer. J'ai 5 minutes pour relire ma physique. Je n'arrive pas à réaliser, j'ai l'impression qu'en fait je ne verrai pas les Stereophonics. Il va forcément se passer quelque chose et je ne les verrai pas. Il va y avoir un problème... 8H30 : départ pour les cours. Il faut jouer la comédie face à mes amis car seulement deux d'entre eux savent que je vais rater les cours l'après-midi et pas à cause d'une maladie... Je fais semblant d'avoir mal au ventre pendant tout le cours de maths : "ce n'est rien, ce doit être le stress du devoir, ça va passer. Ne t'inquiète pas, je serai là pour l'oral d'anglais..." 10H15 : fin du cours de Maths. Je ne mange rien aujourd'hui avant le devoir. J'ai mal au ventre et je ne peux rien avaler. Je n'arrive pas à penser aux Stereophonics à cause de mon devoir de physique, comme si y penser allait provoquer un accident sur l'autoroute, ou un concert annulé, ou la perte de ces places adorées, ou une soudaine maladie, ou... Evidence : je ne les verrai pas. 10H30 : début du devoir de Physiques. Rang du milieu, à gauche, à côté de la fenêtre. 12H00 : fin, je pose mon stylo. Je numérote mes copies, les rends, range mes affaires... J'ai chaud, mal à la tête et les yeux en feu. Mon mal de ventre imaginaire a pris le dessus. Encore une fois, devoir de physique décevant. Vite, je prends le vélo et vais manger pour revenir à l'heure en cours... mais déclic : je ne serai pas en cours en fin de journée. Je serai en route vers Bordeaux pour assister au concert des STEREOPHONICS ! 12H30 : arrivée à mon studio. Je réalise enfin. Je suis folle, hystérique. Je saute partout. Je vais quand même voir Kelly et Richard en vrai ! Je n'ai pas faim. Je veux seulement que ma soeur Fantine, mon cousin Chrystel, mon oncle et ma tante arrivent enfin et qu'on parte vers Bordeaux. 14H00 : arrivée de mon cousin. Il est fou lui aussi. On ne le tient plus. Ma soeur n'est toujours pas là et l'heure tourne. On n'arrivera pas à temps. Je le savais. 15H00 : elle est là ! C'est pas trop tôt ! On part dans les 10 minutes qui suivent. Vive Bordeaux ! 16H00 : beaucoup de travail ce week-end, donc exercices de chimie dans la voiture. C'est difficile de se concentrer. Franchement, qu'est-ce que j'en ai à faire de la chimie ? Moi je vais voir les Stereophonics ! Toujours des doutes : c'est pas possible, c'est trop beau pour être vrai, il va forcément y avoir un problème. 17H30 : arrivée à Bordeaux. On y est ! On a du mal à trouver la salle. La tension monte. 18H30 : arrivée au Krakatoa. Grosse affiche des Stereophonics. Réaction réflexe immédiate : cri de joie collectif. C'est complet, pas d'annulation... normalement on les verra. Aurevoir tatie, aurevoir tonton... on vous appelle quand c'est fini. On est le deuxième groupe à attendre : 2 garçons sont avant nous. 19H00 : installation des barrières devant la salle. Ne pas se faire arnaquer et rester en position ! 20H00 : fouille du sac, billet, personne ne bouge, je fonce, je cours vers la porte de la salle, je cours, je me scotche sur la barrière en face du micro,... Je commence à y croire, là plus rien ne peut arriver. Attente fébrile d'une heure. 21H00 : AS Dragon. Le public ne bouge pas, les musiciens s'excitent tout seuls, le son est très mal réglé. C'est nul. 21H30 : après une sortie effrayante du batteur, l'attente recommence. Ca s'active sur scène. On place le matériel de mes STEREOPHONICS adorés. Je suis absorbée par ce remue-ménage : toutes ces guitares, les tapis, les amplis, les serviettes, l'eau, les tests... 22H00 : du monde sur la droite. Je tourne la tête et là : t-shirt rouge, jean, allure, style... KELLY... et juste derrière, cool attitude : RICHARD ! Je suis fascinée ! Plus aucune réaction, perte totale de contrôle. Je ne me rends même pas compte que je me mets à crier "Kelly" à son arrivée. Kelly se place derrière le micro et prend sa guitare. Il est tout près de moi, en face ! C'est parti... premiers accords... High As The Ceiling. Fin de la première chanson. J'essaie d'attirer l'attention de Kelly mais il enchaîne rapidement. Petit signe de la main vers Richar : il me regarde, me fait les gros yeux... yes ! Et Kelly alors ? Mme Helga : ca bouge derrière... pogos... on se fait décalquer contre les barrières. Entre les chansons, je m'acharne toujours sur Kelly qui reste concentré. Les chansons s'enchaînent. C'est trop bien ! Richard est vraiment trop cool comme je l'imaginais. Kelly est... c'est Kelly quoi : trop beau, voix magnifique, très bon musicien, il chante trop bien... Ils sont trop fort ! Have A Nice Day : guitare avec le smiley, regard dans le vague, Richard dans les choeurs... On n'en peut plus ! Je retente le petit signe de la main vers Kelly et là : regard et sourire... je suis folle, "I'm out of my mind" ! A partir de là, il répond à mes signes. Help Me (She's Out Of Her Mind) : dernière chanson. C'est magique, Kelly s'excite sur sa guitare, Richard sur sa basse... Dernier signe de la main. C'est fini. On redescend sur Terre. C'est trop dur. Mais ça y est, je les ai vus !
Marjolaine

High As The Ceiling
Madame Helga
Mr Writer
Vegas Two Times
You Stole My Money Honey
Step On My Old Size Nines
Maybe
The Bartender And The Thief
I Wouldn't Believe Your Radio
Just Looking
Local Boy In The Photograph
Rooftop
Climbing The Wall
Handbags And Gladrags
Traffic
Jealousy
Plastic California
Nothing Precious At All
Since I Told You It's Over
Have A Nice Day
Maybe Tomorrow
----------------
I'm Alright (You Gotta Go There To Come Back)
I Miss You Now
Help Me (She's Out Of Her Mind)


Retour



© www.SAMESIZEFEET.net - le site français des STEREOPHONICS
webmaster@samesizefeet.net